L'église vue du sud (2003)

Bornel

Sainte-Madeleine et Saint-Denis * * Afficher la carte

Prieuré-cure

Diocèse : Beauvais

Inscrit monument historique en 1927

Coordonnées GPS :
49°11' 52" N 2°12' 27" E
Fermer la carte

Bornel, église Sainte-Madeleine et Saint-Denis

Autrefois siège d’un prieuré en même temps que paroissiale, l’église Sainte-Madeleine et Saint-Denis est un édifice dont l’extrême complexité porte la marque d’une histoire particulièrement tourmentée. Les changements de partis, reconstructions partielles, restaurations sont tels que son étude, pour attentive qu’elle soit, ne peut conduire pour certains points qu’à des hypothèses.

La partie la plus ancienne est sans conteste la dernière travée du chœur, qui remonte au milieu du 12ème siècle. Elle est couverte d’une voûte d’ogives avec formerets (arcs qui reçoivent latéralement les voûtains) et le seul chapiteau authentique, au nord-est, comporte de simples volutes d’angle. Une petite fenêtre en plein cintre avec moulure biseautée l’éclaire au chevet. Une travée identique, presque totalement refaite par la suite, existait immédiatement à l’ouest comme le prouve l’amorce de formerets et d’ogives. Ce chœur, qui appartient à la première génération des constructions à voûtes d’ogives, a très certainement été bâti par le même atelier que ceux de Puiseux-le-Hautberger et du prieuré Saint-Jacques de Belle-Eglise (ruiné). La nef du 12ème siècle, aujourd’hui disparue, ne comportait sans doute pas de bas-côtés et ses murs gouttereaux devaient se situer à l’emplacement des arcades de la nef actuelle.

De profonds bouleversements vont affecter l’édifice au début du 13ème siècle. Le chœur existant est prolongé d’une courte travée vers l’ouest (refaite par la suite, elle porte l’actuel clocher en charpente recouverte d’ardoises) et doublé vers le nord d’une chapelle de même largeur et longue de trois travées, la première également plus courte. Il est possible que cette chapelle ait été directement liée à l’existence du prieuré. Si les colonnettes avec chapiteaux à crochets sont encore en place, la voûte très surbaissée est une reconstruction du 16ème siècle.

A l’extérieur, l’intérêt se portera sur la belle fenêtre avec colonnettes du chevet et sur le haut mur pignon avec contrefort médian qui réunit désormais sous une toiture unique le chœur du 12ème et la chapelle du 13ème siècle. A la même époque, la nef est dotée d’un bas-côté vers le sud. Les arcades retombent sur des piles circulaires par l’intermédiaire de beaux chapiteaux à crochets. Le petit portail latéral a conservé deux consoles décorées de têtes dont la bouche laisse échapper un feuillage.

Sans doute durement touchée à la Guerre de Cent Ans, l’église va subir à partir de la fin du 15ème siècle, sans doute, d’importantes réparations et modifications qui vont en affecter toutes les parties. C’est ainsi que la base du clocher actuel est refaite tandis que de nouvelles voûtes sont montées partout, sauf à la dernière travée du chœur. La nef est allongée vers l’ouest et dotée d’un second bas-côté, au nord cette fois, dont les arcades sont semblables à celles du sud à la différence que les chapiteaux reçoivent un décor de feuillage en frise continue. La chapelle sud, qui n’a pas de caractère particulier, doit cependant appartenir à cette campagne de reconstruction. L’église a conservé une magnifique Vierge à l’Enfant, en pierre, du 14ème siècle (2004).

Chronologie :

Points d'intérêt :

Galerie :

L'extérieur de l'église

L'intérieur de l'église

Bibliographie :

  • Louis GRAVES, Précis statistique sur le canton de Méru, arrondissement de Beauvais (Oise), Beauvais, Achille Desjardins,‎ 1837.
  • Dominique VERMAND, Eglises de l’Oise. Territoire des Sablons (Méru). Vexin et Pays de Thelle, Comité Départemental du Tourisme de l’Oise et Communauté de Communes des Sablons, 2004, in-8° de 32 p., p. 9-10 (voir texte ci-dessus).

Sites internet :

  • Creation of Gothic Architecture
  • Inventaire général du patrimoine culturel
  • Wikipedia (Pierre Poschadel)

Notes :

  • Bornel : notes de visite du 29/7/2002