La chapelle vue du sud (2000)

Mont-l'Evêque

Château * Afficher la carte

Chapelle

Diocèse : Senlis

Inscrit monument historique en 1989

Coordonnées GPS :
49°11' 38" N 2°37' 45" E
Fermer la carte

Mont-l’Evêque, chapelle du château

En même temps qu’il rénovait le château dans les années 1850, l’architecte Ancelet était chargé par la famille de Pontalba de construire une chapelle à proximité. C’est une charmante petite construction néo-gothique dont l’intérêt réside surtout dans la façade latérale, où sont remployés des éléments de sculpture gothique flamboyant provenant de l’autel de l’église Notre-Dame des Grands Carmes de Metz, presque totalement détruite à la suite de la Révolution.

Démonté en 1807 à la demande d’Alexandre Lenoir, le fondateur du Musée des monuments français, cet autel d’une qualité exceptionnelle était destiné au château de la Malmaison, où l’Impératrice Joséphine souhaitait en utiliser les éléments pour agrémenter le parc d’une fabrique selon la mode de l’époque. Celle-ci ne fut jamais réalisée et, à la suite de nombreuses pérégrinations, quelques éléments secondaires du décor – on sera néanmoins sensible à l’extrême délicatesse de la sculpture des gâbles couronnant les fenêtres – parvinrent à Mont-l’Evêque, l’essentiel aboutissant au château de Goeulzin, près de Douai, d’où ils furent à nouveau dispersés (2002).

Chronologie :

Galerie :

Bibliographie :

  • Gérard HUBERT, « De Metz à Mont-l’Evêque, les tribulations de l’autel des Grands Carmes », Société d’Histoire et d’Archéologie de Senlis, Comptes-rendus et mémoires 1971-1972 (1973), p. 75-84.
  • Dominique VERMAND, Eglises de l’Oise. Cantons de Senlis et de Chantilly. Vallées de la Nonette et de la Thève, Comité Départemental du Tourisme de l’Oise et communes des cantons de Senlis et Chantilly, 2002, in-8° de 56 p., p. 24 (voir texte ci-dessus).