Le clocher et le choeur vus du nord (1996)

Montreuil-sur-Thérain

Notre-Dame * * Afficher la carte

Paroissiale

Diocèse : Beauvais

Coordonnées GPS :
49°22' 51" N 2°11' 30" E
Fermer la carte

Montreuil-sur-Thérain, église Notre-Dame

Implantée sur le versant méridional de la vallée du Thérain, Notre-Dame attire l’attention par la silhouette élancée de son clocher, qui forme avec le petit choeur qu’il domine un ensemble simple, mais attachant, du dernier quart du 12ème siècle.

Comme souvent, la nef constitue la partie la plus ancienne. Raccourcie en 1635, elle appartient à la première moitié du 12ème siècle. La partie contiguë à la base du clocher, homogène avec celle-ci, a été refaite lors de la reconstruction du choeur durant le dernier quart du 12ème siècle. Celui-ci se compose d’une travée droite, portant le clocher, et d’une abside à cinq pans dont le plan curieusement outrepassé lui donne presque la forme d’un hexagone. Cette disposition permettait tout simplement de donner une ampleur suffisante à l’abside, la largeur de la travée droite étant limitée par sa fonction de soubassement du clocher.

Les deux arcs-doubleaux encadrant la travée droite, voûtée d’ogives, sont remarquables par leur tracé très aigu. Les chapiteaux sont ornés de crochets ou de feuilles découpées enroulées aux angles, un décor caractéristique de cette époque charnière entre les 12ème et 13ème siècles. Sauf vers la travée droite, les ogives de l’abside retombent sur des colonnettes en délit (non appareillées avec le mur), baguées à mi-hauteur. Solidaires du mur, ces bagues servent à maintenir les colonnettes en place. Le choix de cette disposition atteste le soin apporté à la reconstruction du choeur de l’église, au parti par ailleurs très simple hérité de l’architecture romane locale.

A l’extérieur, les fenêtres, constituées d’une simple lancette dont l’archivolte est soulignée par une moulure biseautée, accusent également une forme très aigue. Curieusement, ce n’est pas le cas des baies du clocher qui, ouvertes au-dessus d’un haut étage intermédiaire vierge de toute ouverture, sont presque en plein cintre. La fine moulure qui souligne leur tracé constitue leur seul décor (1998, modifié 2015).

Chronologie :

Points d'intérêt :

Galerie :

Bibliographie :

  • Dominique VERMAND, Eglises de l’Oise. Canton de Noailles. Pays de Bray, Pays de Thelle et Vallée du Thérain, Comité Départemental du Tourisme de l’Oise et Office de Tourisme de Pôle Vexin-Sablons-Thelle, 1999, in 8° de 32 p., p. 16 (voir texte ci-dessus).

Notes :

  • Montreuil-sur-Thérain : notes de visite du 28/7/1996