L'église vue de l'est (1995)

Vaumoise

Saint-Pierre * * Afficher la carte

Paroissiale

Diocèse : Soissons

Inscrit monument historique en 2014

Coordonnées GPS :
49°14' 14" N 2°58' 47" E
Fermer la carte

Vaumoise, église Saint-Pierre

Pénalisée par une nef tardive et médiocre, Saint-Pierre est pourtant un édifice d’un grand intérêt, que vient renforcer la restauration de son chevet au début des années 1990 et, plus généralement, en 2016. Bâtie d’un seul jet dans les années 1150, elle eut malheureusement beaucoup à souffrir de la Guerre de Cent Ans, responsable de la destruction de la nef et du clocher. A l’origine, son plan comprenait une nef basilicale de trois travées, un transept avec clocher sur la croisée et une abside en hémicycle flanquée de deux absidioles de même plan.

S’il n’y a plus guère à dire de la nef actuelle, dont le mur nord conserve néanmoins deux arcades brisées, aujourd’hui bouchées, les parties orientales sont tout à fait remarquables malgré les modifications effectuées au 16ème siècle à la croisée et au croisillon sud. Peu d’édifices mélangent en effet aussi intimement les références à l’architecture romane et un vocabulaire déjà gothique, parfaite illustration de cette période dite de “transition” si caractéristique de la production monumentale en Ile-de-France au milieu du 12ème siècle.

Au roman, l’église doit le plan de son chevet qui, associant abside et absidioles en hémicycle, reprend une disposition fréquente dans nombre d’édifices du 11ème siècle, à commencer par Morienval dans son premier état et qu’on retrouve intacte à Saint-Léger-aux-Bois et, dans les années 1140, à Chelles. Elle lui doit aussi la voûte d’arêtes de son croisillon nord – celle du sud a été remplacée par une voûte d’ogives au 16ème siècle – et l’association berceau brisé/cul-de-four des absidioles.

A la première architecture gothique, l’église est redevable de la voûte d’ogives qui couvrait la croisée du transept – refaite au 16ème siècle – et de celle qui couvre encore, malgré un plan en hémicycle, l’abside principale. Mais, c’est surtout dans la mise en oeuvre de ces éléments et le décor de feuilles plates ou d’acanthe des chapiteaux que cette partie de l’église – très proche de ce qui se fait au même moment à la cathédrale de Senlis – est déjà d’esprit gothique.

L’extérieur est remarquable par les volumes très purs de l’abside qu’encadrent les deux absidioles, toutes couvertes de demi-dômes en pierre magnifiquement restaurés qui donnent à l’ensemble un air – insolite – d’architecture byzantine. Le mur est du bras sud du transept s’orne d’une corniche beauvaisine. La face nord du clocher, seule conservée, a servi de point d’appui à une médiocre tour bâtie tardivement sur le croisillon nord (1996, modifié 2016).

Chronologie :

Points d'intérêt :

Galerie :

Bibliographie :

  • Louis GRAVES, Précis statistique sur le canton de Crépy-en-Valois, arrondissement de Senlis (Oise), Beauvais, Achille Desjardins,‎ 1843.
  • Eugène LEFEVRE-PONTALIS, L’Architecture religieuse dans l’ancien diocèse de Soissons au XIe et au XIIe siècle, tome II, Paris, 1897, p. 95-96 et planche hors texte.
  • Jacques TEALDI, « Cinq églises du Valois, étude archéologique », Société d’Histoire et d’Archéologie de Senlis, Comptes-rendus et Mémoires, 1995-1997, p. 213-216.
  • Dominique VERMAND, Eglises de l’Oise. Canton de Crépy-en-Valois. Les 35 Clochers de la Vallée de l’Automne, Comité Départemental du Tourisme de l’Oise et S.E.P. Valois-Développement, 1996, in-8° de 56 p., p. 47-48 (voir texte ci-dessus).

Sites internet :

  • Wikipédia (Pierre Poschadel)

Documents :

  • Extrait de Eugène LEFEVRE-PONTALIS, L’Architecture religieuse dans l’ancien diocèse de Soissons au XIe et au XIIe siècle, tome II, Pl XLIII, Paris, 1897 (dessins par Léon Guellier).

Notes :

  • Vaumoise : notes de visite (vers 1995)