L'église vue du sud-ouest (1993)

Raray

Saint-Nicolas * Afficher la carte

Paroissiale

Diocèse : Senlis

Classé monument historique en 1921

Coordonnées GPS :
49°15' 37" N 2°42' 47" E
Fermer la carte

Raray, église Saint-Nicolas

En plein cœur de la plaine de Valois, l’église Saint-Nicolas bénéficie de l’environnement prestigieux du château, célèbre par les portiques à décor de chasse de sa cour d’honneur montés au début du 17ème siècle par Nicolas de Lancy.

D’un édifice bâti au milieu du 12ème siècle reste le clocher roman. C’est une construction austère qui tranche avec la richesse décorative de nombreux clochers de la région, à commencer par celui tout proche de Rully. Il n’est ajouré que d’un seul étage de baies, disposées par trois sur chaque face. Sans colonnettes, elles ne s’ornent que d’un cordon de pointes de diamant soulignant les archivoltes. Un cordon semblable en marque la base. Une corniche à modillons et un toit en bâtière terminent l’ensemble. A l’intérieur, la voûte d’ogives associée à ce clocher ne permet pas de dater celui-ci avant le milieu du 12ème siècle.

Le reste de l’église a été reconstruit au 16ème siècle et comprend une nef de trois travées avec bas-côtés et un chœur à chevet plat. La travée du clocher prolonge le bas-côté sud et une chapelle celui du nord. Comme souvent au 16ème siècle, la nef est aveugle et ne prend sa lumière que par les fenêtres des bas-côtés. La retombée des voûtes se fait sur des culs-de-lampe ornés disposés à la naissance des arcades. C’est une disposition originale qui permet aux piles de rester minces et d’associer ainsi plus étroitement les bas-côtés au vaisseau central. Le chœur est couvert d’une voûte sexpartite, c’est-à-dire à six voûtains. L’ensemble est malheureusement altéré par une restauration trop radicale et sèche effectuée entre 1891 et 1906.

En façade, le portail en anse de panier est couronné d’un gâble s’achevant en niche, elle-même surmontée d’un pinacle. Deux autres niches, également avec pinacle, l’encadrent. Dégradé et privé de ses statues, il reste néanmoins un bon exemple de style gothique flamboyant. L’église a par ailleurs conservé d’intéressants fonts baptismaux du 13ème siècle (1994, modifié 2016).

Chronologie :

Points d'intérêt :

Galerie :

L'extérieur de l'église

L'intérieur de l'église

Bibliographie :

  • Louis GRAVES, Précis statistique sur le canton de Pont-Sainte-Maxence, arrondissement de Senlis (Oise), Beauvais, Achille Desjardins,‎ 1834.
  • Abbé Eugène MÜLLER, Senlis et ses environs, Senlis, 1894, p. 215-216.
  • Marquis Pierre-Louis-François de LUPPE, "Les Seigneurs de Raray du XVe au XVIIIe siècle", Comité Archéologique de Senlis, Comptes-Rendus et Mémoires, 1900-1901, p. 171-178.
  • Marguerite CHARAGEAT, "Notes et documents sur l'histoire des châteaux d'Ognon et de Raray", Comité Archéologique de Senlis, Comptes-Rendus et Mémoires, 1931-1932-1933, p. 104-108.
  • Philippe BONNET-LABORDERIE, La vallée de l'Automne, Groupe d’Etude des Monuments et Oeuvres d’art de l'Oise et du Beauvaisis (GEMOB), Promenades VII - Tome 1, Bulletin n° 64, 1994, p. 18-20.
  • Dominique VERMAND, Eglises de l’Oise. Canton de Pont-Sainte-Maxence. Valois et Vallée de l’Oise, Comité Départemental du Tourisme de l’Oise et O.T.S.I. de Verneuil-en-Halatte, 1994, in-8° de 32 p., p. 15 (voir texte ci-dessus).
  • Marc DURAND et Geneviève MAZEL, Le Château de "la Belle et le Bête", Groupe d’Etude des Monuments et Oeuvres d’art de l’Oise et du Beauvaisis (GEMOB), Bulletin n° 90-91, Raray et son château, 1999.
  • Erika RINK et Nikolaus BRADE, Kirchenschicksale in Nordfrankreich/Destins d'églises dans le Nord de la France, Ernst A. Chemnitz/Cap Régions Editions, 2013, p. 108-109.

Sites internet :

  • Wikipédia (Pierre Poschadel)

Notes :

  • Raray : notes de visite (vers 1973)