L'église vue du nord (2015)

Foulangues

Saint-Denis * * * Afficher la carte

Paroissiale

Diocèse : Beauvais

Classé monument historique en 1906

Coordonnées GPS :
49°16' 33" N 2°18' 55" E
Fermer la carte

Foulangues, église Saint-Denis

Accrochée au bord d’un profond vallon verdoyant parcouru par le ru de Cires, affluent du Thérain, au coeur d’un village qui parait hors du temps, l’église Saint-Denis est, malgré ses dimensions réduites, l’un des édifices les plus remarquables de l’Oise. Passionnante à analyser en raison des difficiles problèmes archéologiques qu’elle pose, couverte de voûtes d’ogives de la première génération et couronnée par un petit clocher octogonal d’une grande élégance, elle laisse une impression inoubliable à qui pousse pour la première fois la modeste porte qui lui sert d’accès.

Son plan comprend une courte nef, qui surprend par son étroitesse et l’importance relative des piliers aux nombreuses colonnes et colonnettes, un transept légèrement débordant au sud et un choeur à chevet plat de même largeur que le transept. Si l’essentiel de la construction remonte aux années 1140, des parties de l’église précédente restent cependant identifiables dans les murs hauts de la nef (petites fenêtres aujourd’hui bouchées) et à la base du clocher (ancienne porte d’accès aux combles).

Cette première église comprenait donc vraisemblablement, comme l’actuelle, une nef basilicale (c’est-à-dire avec bas-côtés) et un clocher sur la croisée du transept. Dans cette hypothèse, les deux voûtes d’ogives qui couvrent la nef auraient donc été montées après coup. Les ogives adoptent un profil simple (les arêtes sont simplement biseautées comme dans certaines voûtes de Saint-Etienne de Beauvais) et retombent sur des piles qui ne comportent pas moins de seize demi-colonnes et colonnettes, les arcades et les doubleaux comportant chacun deux ressauts.

La croisée, sur laquelle repose le clocher, est certainement la partie la plus remarquable de l’église. Ses quatre arcades en tiers point sont décorées de bâtons brisés et les ogives de la voûte adoptent le profil, courant pour les premières voûtes d’ogives, d’une arête entre deux tores. Les chapiteaux, ceux de la nef comme de la croisée, constituent un ensemble exceptionnel qui sacrifie principalement au décor végétal sous toutes ses formes : feuilles lisses et découpées, entrelacs de tiges. Une autre famille, représentée principalement dans la nef, s’inspire, par sa structure, du chapiteau cubique. Quelques masques se rencontrent également. Tant par les caractères de ses voûtes que par son décor, Saint-Denis doit être rapprochée des parties contemporaines des églises de Cambronne-les-Clermont, Bury et Saint-Vaast-les-Mello et l’intervention d’un même atelier n’est pas à exclure.

A la fin du 12ème siècle, le choeur, simple travée rectangulaire jusque là, se voit adjoindre sur son flanc nord une petite chapelle à la construction particulièrement soignée. Ses deux fenêtres sont divisées par deux lancettes que surmonte un oculus, un dessin caractéristique du gothique arrivé à maturité. Sa haute toiture en pierre est remarquable mais n’étonnera pas dans cette région bien pourvue en calcaire de qualité.

C’est à la même époque qu’est construit le clocher octogonal, ajouré de hautes baies soulignées par de nombreuses colonnettes. Une corniche beauvaisine couronne le tout. Bien que de plan carré, le clocher de l’église voisine d’Ully-Saint-Georges doit être attribué au même architecte en raison de la parfaite similitude de leurs baies.

Le 16ème siècle, enfin, voit la reconstruction de tout l’angle sud-est de l’édifice (chevet du choeur et façade du transept compris), doté pour la circonstance d’une chapelle faisant pendant à celle du 13ème siècle (2002).

Chronologie :

Points d'intérêt :

Galerie :

L'extérieur de l'église

L'intérieur de l'église

Les chapiteaux de la nef du 12ème siècle

Les chapiteaux de la croisée, des bras du transept et du choeur du 12ème siècle

Bibliographie :

  • Eugène WOILLEZ, Archéologie des monuments religieux de l'ancien Beauvaisis pendant la métamorphose romane, Paris, 1839-1849, p. F 6-7 et planches hors texte.
  • Louis GRAVES, Précis statistique sur le canton de Neuilly-en-Thelle, arrondissement de Senlis (Oise), Beauvais, Achille Desjardins,‎ 1842.
  • Abbé Eugène MÜLLER, "Quelques notes encore sur les cantons de Creil et de Chambly", Comité Archéologique de Senlis, Comptes-rendus et Mémoires, 1897-1898, p. 205-208.
  • Jean VERGNET-RUIZ, « L’église de Foulangues », Bulletin monumental, t. 107, 1949, p. 101-123.
  • Dominique VERMAND, Eglises de l’Oise. Canton de Neuilly-en-Thelle. Pays de Thelle et Clermontois, Comité Départemental du Tourisme de l’Oise et Office de Tourisme de Pôle Vexin-Sablons-Thelle, 2002, in 8° de 28 p., p. 18-21 (voir texte ci-dessus).

Sites internet :

  • Creation of Gothic Architecture
  • Gotik Romanik
  • Inventaire général du patrimoine culturel
  • Mapping Gothic France
  • Wikipédia (Pierre Poschadel)

Documents :

  • Extrait de Eugène WOILLEZ, Archéologie des monuments religieux de l’ancien Beauvaisis pendant la métamorphose romane, Paris, 1839-1849 : FOULANGUES. PL I et II.
  • Extrait de Arthur MÄKELT, Mittelalterliche Landkirchen aus dem Entstehungsgebeite des Gotik, Leipzig, réimpression de l’édition originale de 1906, p. 84.