L'église vue du sud-est (1995)

Versigny

Saint-Martin * * Afficher la carte

Paroissiale

Diocèse : Senlis

Classé monument historique en 1907

Coordonnées GPS :
49°9' 31" N 2°45' 41" E
Fermer la carte

Versigny, église Saint-Martin

Bénéficiant du voisinage prestigieux du château à péristyle rebâti en grande partie au 19ème siècle dans le style italien par la famille de Junquières, l’église Saint-Martin appartient en totalité au gothique tardif. Très représentative de l’architecture des 15ème et 16ème siècles dans la région, elle se compose simplement d’une nef de trois travées avec bas-côtés et d’une abside polygonale.

Sa reconstruction a dû commencer par le clocher, dont le style appartient à la fin du 15ème siècle et dont les maçonneries présentent un collage avec celles du reste de l’église. Comme il est souvent de règle à cette époque, il est implanté sur la première travée du bas-côté – ici celui du sud -, un emplacement qui permet d’épauler solidement la tour sur trois de ses angles par de puissants contreforts. L’un d’eux est associé à la tourelle d’escalier et des larmiers découpent la tour en cinq niveaux dont le dernier, plus important, correspond au beffroi, ajouré de baies géminées très simples.

Une haute flèche octogonale en pierre le couronne. Comme pour les autres flèches gothiques de la région – Baron, Montagny-Sainte-Félicité, Eve, Plailly (ces deux dernières sans doute oeuvre de la même équipe que celle de Versigny)… – ses arêtes sont garnies de crochets et ses faces percées de baies rectangulaires allongées ou d’oculi polylobés. Des petites pyramides d’angle assurent une transition sans heurts entre la tour (carrée) et la flèche (octogonale).

Le reste de l’édifice appartient au 16ème siècle. Le volume intérieur est très ouvert grâce aux proportions des grandes arcades qui, larges et retombant sur de minces piles circulaires, intègrent totalement les bas-côtés dans le volume du vaisseau central. La première travée, commandée par les dimensions de la base du clocher, est plus courte. L’abside adopte l’habituel plan pentagonal avec hautes fenêtres s’ouvrant au-dessus d’un mur d’appui.

La dernière travée du bas-côté sud a reçu une décoration plus soignée, tant à l’intérieur où la voûte se complique de nervures supplémentaires, qu’à l’extérieur avec son mur méridional tapissé d’un délicat réseau de petites arcatures dans l’esprit du décor contemporain de la façade d’Eve. Peut-être faut-il voir dans cette marque décorative plus appuyée le fait que cette chapelle était réservée à un usage seigneurial. Les contreforts sont également traités avec un raffinement – forme arrondie, larmier très ouvragé, petites gargouilles – qui confirme le soin apporté à la construction de ce bel édifice.

Le chœur s’orne par ailleurs d’un exceptionnel retable en pierre sculptée et dorée daté 1561 (1996, modifié 2019).

Chronologie :

Points d'intérêt :

Eléments de construction :

Galerie :

L'extérieur de l'église

L'intérieur de l'église

Bibliographie :

  • Louis GRAVES, Précis statistique sur le canton de Nanteuil-le-Haudouin, arrondissement de Senlis (Oise), Beauvais, Achille Desjardins,‎ s.d. (1829).
  • Abbé Eugène MÜLLER, Senlis et ses environs, Senlis, 1894, p. 162-166.
  • Dominique VERMAND, Eglises de l’Oise. Canton de Nanteuil-le-Haudouin. Valois et Multien, Comité Départemental du Tourisme de l’Oise et S.E.P. Valois-Développement, 1996, in-8° de 32 p., p. 27-28 (voir texte ci-dessus).
  • Mathieu LEJEUNE, Recherches sur les flèches monumentales du XIIIe siècle dans le nord de la France : le cas de la tour sud de la cathédrale de Senlis, Thèse de doctorat en Histoire et Archéologie de Sorbonne Université, 2018, p. 311-312.

Sites internet :

  • Wikipédia (Pierre Poschadel)

Notes :

  • Versigny : notes de visite du 10/9/1995