La cathédrale vue du sud-est (1993)

Senlis

Notre-Dame * * * * Afficher la carte

Cathédrale

Diocèse : Senlis

Classé monument historique en 1840

Coordonnées GPS :
49°12' 24" N 2°35' 10" E
Fermer la carte

Senlis, Cathédrale Notre-Dame

Un édifice représentatif de toutes les périodes de l’architecture gothique

De dimensions relativement modestes, la cathédrale Notre-Dame a été commencée vers 1153 et était pratiquement achevée lors de la consécration de 1191. Elle sera profondément remaniée aux 13ème et 16ème siècles. Si elle ne possède donc pas l’harmonieuse homogénéité de Noyon ou de Laon, ses contemporaines, ou le gigantisme de Paris, Chartres, Reims ou Amiens, elle n’en reste pas moins un témoin essentiel de l’architecture gothique à ses débuts et de la complexité de ses sources, dont elle a su réaliser une synthèse harmonieuse et cohérente. Si l’on ajoute que son portail occidental est l’un des chefs d’oeuvre de la sculpture gothique du 12ème siècle, que la flèche bâtie au milieu du 13ème siècle n’a pas son pareil en terme de hardiesse et d’élégance et, enfin, que le transept reconstruit par Martin Chambiges au 16ème siècle compte parmi les oeuvres exemplaires de son époque, on conviendra que la cathédrale Notre-Dame est bien l’édifice majeur que commandait l’importance de Senlis au Moyen Age.

La chapelle Saint-Gervais-Saint-Protais : une rare construction préromane

Bien que l’on ne sache rien des édifices qui ont précédé la cathédrale actuelle, il est en revanche assuré qu’un groupe épiscopal (ensemble constitué de deux cathédrales et d’un baptistère) a existé dès le 6ème/7ème siècle sous le double vocable de Saint-Gervais-Saint-Protais et de Notre-Dame. Si seul ce dernier vocable a subsisté aujourd’hui, le premier est cependant resté attaché à la chapelle octogonale qui flanque, au sud, le choeur de la cathédrale. Comportant une crypte voûtée d’arêtes, ce petit édifice, vraisemblablement bâti pour abriter des reliques des saints Gervais et Protais, remonte au début du 11ème siècle et occupe l’emplacement du baptistère, dont il reprend les fondations comme les fouilles l’ont montré. L’étage supérieur est garni d’arcatures aveugles. Fortement restauré à l’extérieur, il a été voûté et décoré de fresques au 14ème siècle.

Une cathédrale de la première génération gothique

Si l’on excepte la façade occidentale, la cathédrale Notre-Dame apparaît aujourd’hui de l’extérieur comme un édifice de style gothique flamboyant. C’est moins vrai à l’intérieur mais un double effort est néanmoins nécessaire pour se figurer l’aspect que présentait la cathédrale à son achèvement à la fin du 12ème siècle.

Le premier consiste à supprimer le transept, ajouté au milieu du 13ème siècle puis profondément remanié au 16ème. Le second nécessite de substituer à l’étage actuel des fenêtres hautes, du 16ème siècle, un étage beaucoup moins élevé, tel qu’il existe encore à la travée du grand orgue où la voûte du 12ème siècle s’est seule conservée. Ainsi restituée, la cathédrale du 12ème siècle comprenait simplement une nef avec bas-côtés suivie directement d’un choeur à déambulatoire avec chapelles rayonnantes.

Si l’on excepte les trois premières travées, dotées de piles plus fortes – en raison de la présence des tours – et de voûtes quadripartites, la nef s’étendait en une perspective continue de cinq travées double couvertes de voûtes sexpartites en correspondance avec une alternance de piles fortes, composées de colonnes et de colonnettes, et de piles faibles, composées d’une simple colonne. Ce parti se voit encore très bien dans le choeur actuel.

L’abside, de plan outrepassé, communique avec le déambulatoire par des arcades brisées retombant sur de minces colonnes monolithiques qui sont vraisemblablement un remploi gallo-romain. L’élévation se caractérise par la présence de tribunes voûtées, fréquentes dans l’architecture gothique du 12ème siècle. Avec une hauteur sous voûte de 18 m à l’origine contre 23,50 m aujourd’hui, l’étage supérieur ne comportait que de petites fenêtres en plein cintre. Parfaitement conservés dans leur état du 12ème siècle, les bas-côté du choeur et le déambulatoire avec ses chapelles rayonnantes contiguës s’inspirent directement – profils des arcs et des ogives, chapiteaux à feuilles d’acanthe, mise en oeuvre des éléments architecturaux…- du choeur de Saint-Denis (1140-1144), premier manifeste du nouveau style gothique.

Un chef d’oeuvre de la première sculpture gothique : le portail ouest

Dominée par la haute flèche gothique et rythmée par quatre puissants contreforts, la façade harmonique (à deux tours symétriques) offre un visage assez austère, presque militaire, qui ne met que mieux en valeur le portail central, chef d’oeuvre de la première sculpture gothique qui doit sa célébrité à des raisons à la fois iconographiques et stylistiques.

Iconographiques parce que, pour la première fois dans l’histoire de la sculpture monumentale (nous sommes au début des années 1150), c’est à Senlis que l’on trouve représenté le thème du Couronnement de la Vierge, qui deviendra l’une des plus belles parures des façades des grandes cathédrales gothiques (Laon, Chartres, Paris, Bourges, Reims…).

Stylistiques parce qu’il marque l’aboutissement des recherches menées sur les chantiers parisiens des années 1140 et voit s’y épanouir un style extraordinaire de vie et de fraîcheur, véritable “moment” de la sculpture gothique appelé à briller d’un éclat aussi vif que bref. La lecture de son imagerie est claire : les voussures composent un arbre de Jessé abritant les prophètes et ancêtres de la Vierge; les grandes statues d’ébrasement, au nombre de huit, représentent les sacrificateurs de l’Ancienne Loi et les annonceurs de la Passion du Christ; à leurs pieds, un calendrier illustre les occupations des mois; les deux panneaux du linteau montrent la Dormition et l’Assomption de Marie; le tympan est réservé à la scène principale, d’où découle toute l’iconographie du portail : la présence de la Vierge en majesté auprès de son Fils.

Les transformations du 13ème siècle

Edifice novateur lors de sa construction au 12ème siècle, la cathédrale Notre-Dame était déjà démodée au début du siècle suivant tant les progrès réalisés alors par l’architecture gothique étaient spectaculaires. Une mise “au goût du jour” s’imposait donc. Elle fut réalisée dans les années 1230 et 40 avec la construction du transept, absent jusque là, et l’édification d’une haute flèche en pierre sur la tour sud. S’il ne reste que très peu (partie nord-est) du transept, refait au 16ème siècle, la flèche – magnifiquement restaurée entre 1989 et 1993 – est toujours là pour témoigner du génie de son constructeur.

D’une hauteur de 78 mètres au-dessus du sol, elle superpose deux étages. Le premier, prolongement de la tour du 12ème siècle, est un octogone largement ajouré de baies élancées et flanqué aux angles de pinacles reposant sur de hautes et minces colonnettes. Le second étage, qui forme la flèche proprement dite, est une pyramide à huit pans ajourée d’autant de hautes lucarnes surmontées d’un gâble aigu qui la ceinture telle une couronne de pierre. L’originalité et la qualité esthétique de la flèche de Senlis tiennent à l’absence totale de rupture d’un étage par rapport à l’autre, permettant ainsi la progression de la silhouette vers des formes de plus en plus aiguës. Amorcé avec les contreforts de la façade et la tour du 12ème siècle, puis continué par l’étage octogonal, le mouvement vertical s’affirme encore fortement au niveau de la pyramide grâce aux gâbles hauts et serrés qui la ceinturent. A l’inverse, la forme pyramidale de l’étage supérieur est annoncée dès l’étage octogonal avec les pinacles qui coiffent les dais assis sur les angles de la tour.

Les reconstructions du 16ème siècle

Déjà fortement modifiée par les travaux du 13ème siècle, Notre-Dame devait connaître un bouleversement plus grand encore à la suite de l’incendie de 1504. Celui-ci allait en effet être le prétexte à une reconstruction de grande ampleur qui allait transformer, à l’extérieur surtout, la cathédrale du 12ème siècle en un édifice de style gothique flamboyant. Fortement endommagées ou détruites par l’incendie, les voûtes sont reconstruites 5,50 m plus haut que celles du 12ème siècle, permettant ainsi la création d’un étage largement éclairé par des fenêtres au réseau flamboyant.

Mais c’est surtout le transept – et singulièrement celui du sud – qui fait l’objet de toutes les attentions. Construit dans les années 1530 sous l’impulsion de l’évêque Guillaume Parvi, par Pierre Chambiges, il compte parmi les réalisations majeures de son époque. Comme les autres chefs d’oeuvre des Chambiges (Sens, Beauvais, Troyes), la façade méridionale vaut à la fois par la netteté de sa composition et l’exubérance de son décor. Les deux tourelles d’escalier et la balustrade supérieure délimitent fermement le cadre à l’intérieur duquel une galerie à jour sépare, en une composition rigoureusement symétrique, le portail et l’étage de la rose. Les ébrasements et les archivoltes du portail sont ornés de niches et de clefs pendantes qui abritaient autrefois des statues. Parmi ce décor foisonnant d’où toute surface nue est proscrite, on remarquera notamment, encadrant le portail, les deux hautes colonnes torsadées, surprenant piédestal de statues disparues comme les autres.

Située à l’angle nord-ouest, la salle capitulaire (fin 13ème/début 14ème siècle) est surtout remarquable pour son décor sculpté, dont une fête des fous avec des musiciens et des personnages dansants. Privée de ses vitraux anciens, Notre-Dame ne possède pas davantage de pièces de mobilier exceptionnelles. Le maître-autel du 18ème siècle provient de l’abbaye de Chaâlis et le buffet du grand orgue de Saint-Vincent. Parmi diverses statues, on peut citer une Vierge à l’Enfant et un saint Louis, du 14ème siècle, et un Christ en croix et une Vierge de Pitié, du 15ème siècle (2002, modifié 2015).

Chronologie :

Points d'intérêt :

Galerie :

Vues générales

La chapelle préromane

Le choeur du 12ème siècle : le vaisseau central et les parties basses

Le choeur du 12ème siècle : les chapiteaux et les bases des parties basses

Le choeur du 12ème siècle : les tribunes et les parties hautes

Le choeur du 12ème siècle : les chapiteaux des tribunes

La nef du 12ème siècle : les parties basses et les tribunes

La nef du 12ème siècle : les chapiteaux

La façade et le portail du 12ème siècle

Le transept et la flèche du 13ème siècle

L'oeuvre flamboyante

Les chapelles tardives et autres constructions

Le mobilier et les vitraux

Bibliographie :

  • Louis GRAVES, Précis statistique sur le canton de Senlis, arrondissement de Senlis (Oise), Beauvais, Achille Desjardins,‎ 1841.
  • Abbé J. GUERIN, "Notre-Dame de Senlis. La chapelle de la Vierge", Comité Archéologique de Senlis. Comptes-Rendus et Mémoires, 1862-63, p. 105-121.
  • R. de MARICOURT, "Portail occidental de la cathédrale de Senlis. Essai descriptif", Comité Archéologique de Senlis. Comptes-Rendus et Mémoires, 1862-63, p. 121-139.
  • Abbé Jean-Louis MAGNE, "Les pierres tombales de Notre-Dame de Senlis", Comité Archéologique de Senlis. Comptes-Rendus et Mémoires, 1864, p. 3-16.
  • Abbé Jean-Louis MAGNE, "Tombes des Evêques de Senlis, d'après le manuscrit de Gaignières : à Senlis", Comité Archéologique de Senlis. Comptes-Rendus et Mémoires, 1864, p. 54-56.
  • Jules GERIN, "Le vitrail de Saint-Louis, peint par M. Cl. Lavergne pour Notre-Dame de Senlis", Comité Archéologique de Senlis. Comptes-Rendus et Mémoires, 1864, p. 115-142.
  • A. VATTIER et E. DHOMME, "Recherches chronologiques sur les évêques de Senlis", Comité Archéologique de Senlis. Comptes-Rendus et Mémoires, 1864, p. 156-182.
  • A. VATTIER et E. DHOMME, "Recherches chronologiques sur les évêques de Senlis. Deuxième partie", Comité Archéologique de Senlis. Comptes-Rendus et Mémoires, 1865, p. 60-108.
  • Abbé H. BLOND, « Histoire de la cathédrale de Senlis », Comité archéologique de Senlis. Comptes-rendus et Mémoires, 1866, p. 113-154.
  • Abbé LAFFINEUR, "Essai biographique sur Guillaume Rose, évêque de Senlis (1583-1602)", Comité Archéologique de Senlis. Comptes-Rendus et Mémoires, 1867, p. 87-134.
  • Abbé Jean-Louis MAGNE, "Description de la cathédrale de Senlis", Comité Archéologique de Senlis. Comptes-Rendus et Mémoires, 1867, p. 143-172.
  • Ernest DUPUIS, "Jean Fouquerel, évêque de Senlis (1423-1429)", Comité Archéologique de Senlis, Comptes-Rendus et Mémoires, 1875, p. 85-124.
  • P. de MAINDREVILLE, "Les Orgues de N.-D. de Senlis", Comité Archéologique de Senlis, Comptes-Rendus et Mémoires, 1876, p. 75-86.
  • Abbé Eugène MÜLLER, "Essai d'une monographie des Rues, Places et Monuments de Senlis", Comité Archéologique de Senlis, Comptes-Rendus et Mémoires, 1878, p. 169-174 (le cloître).
  • Abbé Eugène MÜLLER, "Essai d'une monographie des Rues, Places et Monuments de Senlis", Comité Archéologique de Senlis, Comptes-Rendus et Mémoires, 1880, p. 68-122.
  • Abbé Eugène MULLER, "Vie de Mgr Nicolas Sanguin, évêque de Senlis, extraite des Chroniques de la Présentation de Notre-Dame", Mémoires de la Société Académique d'Archéologie, Sciences et Arts du Département de l'Oise, t. 13, 1886-1888, p. 198-292.
  • Abbé Eugène MÜLLER, "Découvertes archéologiques à la cathédrale de Senlis », Comité archéologique de Senlis, Comptes-rendus et Mémoires, 1886, p. 123-130.
  • Abbé Eugène MÜLLER, "Signes lapidaires découverts à Notre-Dame de Senlis", Comité archéologique de Senlis, Comptes-rendus et Mémoires, 1892, p. 96-98.
  • Abbé Eugène MÜLLER, "Cartulaire de Notre-Dame de Senlis (1041-1393)", Comité Archéologique de Senlis, Comptes-Rendus et Mémoires, 1904, p. 1-230.
  • Eugène LEFEVRE-PONTALIS, Congrès archéologique de France, 72ème session, Beauvais, 1905, Société française d’archéologie, Paris et Caen, 1906, p. 91-101.
  • Abbé Eugène MÜLLER, "Notes sur l'ancienne bibliothèque du Chapitre de Notre-Dame de Senlis", Comité Archéologique de Senlis, Comptes-Rendus et Mémoires, 1907, p. 265-292.
  • Marius VACHON, Une Famille Parisienne d’Architectes Maistres-Maçons au XVe, XVIe, XVIIe Siècles, Les Chambiges, Paris, 1907, p. 77-84.
  • Marcel AUBERT, "L'octogone de la cathédrale de Senlis", Bulletin monumental, vol. 73, 1909, p. 464-468.
  • Marcel AUBERT, Monographie de la cathédrale de Senlis, Senlis, 1910.
  • Marcel AUBERT, Senlis, Collection « Petites Monographies des Grands Edifices de la France », Paris, 1922.
  • Joseph DEPOIN, "Manuscrit autobiographique er correspondance de Jean Deslyons, doyen de Senlis", Mémoires de la Société Historique et Archéologique de l'Arrondissement de Pontoise et du Vexin, t. 38, 1924, p. 36-51.
  • Marcel AUBERT, "Têtes gothiques de Senlis et de Mantes", Bulletin monumental, vol. 97-1, 1938, p. 5-11.
  • Marcel AUBERT, « La chapelle octogone à deux étages de la cathédrale de Senlis », dans Karolingische und Ottonische Kunst (Forschungen zur Kunstgeschichte und christlichen Archaologie, 3 ), Wiesbaden, 1957, p. 167-173.
  • Willibald SAUERLANDER, La sculpture gothique en France, 1140-1270, Paris, 1972, p. 87-89.
  • Diane BROUILLETTE et Léon PRESSOUYRE, « Senlis, un moment de la sculpture gothique », La Sauvegarde de Senlis, n° 45-46, Printemps-Eté 1977 (Catalogue de l’exposition).
  • Fabienne JOUBERT, Compte-rendu du catalogue de l'exposition "Senlis, un moment de la sculpture gothique", Bulletin monumental, 1978-1, p. 99-101.
  • Marie-Louise THEREL, À l'origine du décor du portail occidental de Notre-Dame de Senlis : le triomphe de la Vierge- Église. Sources historiques, littéraires et iconographiques, ed. du CNRS, 1984
  • Diane BROUILLETTE, The early gothic sculpture of Senlis cathedral, University Microfilms International, 1984, 537 p.
  • Dominique VERMAND, « La cathédrale Notre-Dame de Senlis au XIIe siècle. Etude historique et monumentale », Société d’Histoire et d’Archéologie de Senlis, Comptes-rendus et Mémoires, 1983-1985, p. 3-32 (1ère partie).
  • Dominique VERMAND, « La cathédrale Notre-Dame de Senlis au XIIe siècle. Etude historique et monumentale », Société d’Histoire et d’Archéologie de Senlis, Comptes-rendus et Mémoires, 1983-1985, p. 33-66 (2ème partie).
  • Dominique VERMAND, « La cathédrale Notre-Dame de Senlis au XIIe siècle. Etude historique et monumentale », Société d’Histoire et d’Archéologie de Senlis, Comptes-rendus et Mémoires, 1983-1985, p. 67-107 et 127-132 (3ème partie).
  • John JAMES, "La construction de la façade occidentale de la cathédrale de Senlis", Société d’Histoire et d’Archéologie de Senlis, Comptes-rendus et Mémoires, 1983-1985, p. 109-118.
  • Marc DURAND, "Les structures du jardin de l'évêché au nord de la cathédrale de Senlis", Société d’Histoire et d’Archéologie de Senlis, Comptes-rendus et Mémoires, 1983-1985, p. 119-126.
  • Jacques et Anne FONTAINE, Senlis (Les travaux des mois), Zodiaque, 1985, p. 9-10 et 77-82.
  • Marie-Thérèse GOUSSET, Compte-rendu de l'ouvrage de Marie-Louise Thérel : À l'origine du décor du portail occidental de Notre-Dame de Senlis : le triomphe de la Vierge- Église. Sources historiques, littéraires et iconographiques, Bulletin monumental, 1986-2, p. 182-183.
  • Marc DURAND, "Fouille de la crypte de la cathédrale Notre-Dame de Senlis", Société d’Histoire et d’Archéologie de Senlis, Comptes-rendus et Mémoires, 1986-1989, p. 91-96.
  • Claudine LAUTIER et Maryse BIDEAULT, Ile-de-France Gothique, Paris, 1987, p. 348-367.
  • Francis SALET, Compte-rendu de l'article de Dominique Vermand : "La cathédrale Notre-Dame de Senlis au XIIe siècle. Etude historique et monumentale", Bulletin Monumental, 1989-3, p. 259-262.
  • Francis SALET, Compte-rendu de la thèse de Diane Brouillette : "The early gothic sculpture of Senlis cathedral", Bulletin Monumental, 1989-3, p. 262-264.
  • Marie-José GUT, « Un document contemporain d’Hugues Capet : la charte de Constance, évêque de Senlis », Histoire Médiévale et Archéologie, n° 3, 1991.
  • Dominique VERMAND, La cathédrale Notre-Dame, Patrimoine senlisien 3, Senlis, 1994, in-8° de 48 p.
  • Dominique VERMAND et Sandrine PLATERIER-FORMENTIN, La cathédrale Notre-Dame de Senlis (Oise), Itinéraires du patrimoine, 142, A.G.I.R.-Picardie, 1997.
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG, « Le portail du Couronnement de la Vierge à Senlis », L’art gothique dans l’Oise et ses environs, Actes du colloque organisé à Beauvais par le GEMOB les 10 et 11 octobre 1998-(2001), p. 177-183.
  • Florian MEUNIER, "Les Chambiges à Senlis. L'art flamboyant sous François 1er", Société d'Histoire et d'Archéologie de Senlis , Comptes-rendus et Mémoires, 2000-2001, p. 1-22.
  • Marie-Thérèse CROIZE de POURCELET, "La cathédrale de Senlis à l'époque révolutionnaire", Société d'Histoire et d'Archéologie de Senlis , Comptes-rendus et Mémoires, 2000-2001, p. 37-48.
  • Dominique VERMAND, Eglises de l’Oise. Cantons de Senlis et de Chantilly. Vallées de la Nonette et de la Thève, Comité Départemental du Tourisme de l’Oise et communes des cantons de Senlis et Chantilly, 2002, in-8° de 56 p., p. 33-38 (voir texte ci-dessus).
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG, "La façade occidentale de la cathédrale de Senlis", Société d'Histoire et d'Archéologie de Senlis, Comptes-rendus et Mémoires, 2004-2005, p. 3-8.
  • Delphine CHRISTOPHE, Notre-Dame de Senlis. Une cathédrale au coeur de la cité , Beauvais, 2006.
  • Delphine CHRISTOPHE, « La salle capitulaire de Senlis », dans Materiam superabat opus . Mélanges offerts à Alain Erlande-Brandenburg , éd. par Agnès BOS et al., Paris, 2006, p. 281-288.
  • Julie AYCARD van BELLINGHEM, « Le dépôt lapidaire de Notre-Dame de Senlis, le rôle de Guillaume Parvis, évêque de Senlis (1528-1537) », L’architecture en objets : les dépôts lapidaires de Picardie, Actes de la journée d’études à Amiens, le 22 septembre 2006, Histoire Médiévale et Archéologie, n° 21, 2008.
  • Marc DURAND et Julie AYCARD, "La "crypte" de la cathédrale Notre-Dame de Senlis (Oise)", Groupe d’Etude des Monuments et Oeuvres d’art de l’Oise et du Beauvaisis (GEMOB), Bulletin n° 151, 2012, p. 2-25.

Sites internet :

  • Creation of Gothic Architecture
  • Gotik Romanik
  • Mapping Gothic France
  • The Medieval Stained Glass Photographic Archive

Documents :

  • La cathédrale vue du sud au 18ème siècle par Tavernier de Jonquières (Bnf).
  • Extrait de Alphonse de CAYEUX, Charles NODIER et Justin TAYLOR, Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France, Picardie, vol. 3, Paris, 1845.
  • Extrait de Alphonse de CAYEUX, Charles NODIER et Justin TAYLOR, Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France, Picardie, vol. 3, Paris, 1845.